Les soignants en colère : une triste réalité 


Aujourd’hui nous sommes le 8 novembre. Aujourd’hui les blouses blanches nous sommes en grève. En grève pour dénoncer les conditions de travail dans lesquelles nous exerçons. 

Je suis aide-soignante, diplômée depuis le 4 juillet 2015 et déjà presque dégoûté de mon métier. Un métier que j’ai choisi pour son humanité, pour l’échange, pour le savoir. Car non cher ami, je ne lave pas que des fesses toute la journée. J’écoute, je soigne, je cajole, je réconforte, je conseille, je prend soin. Du moins, ça c’était sur le papier quand j’ai signé pour me lancer dans cette formation. 

Aujourd’hui c’est difficile de prendre le temps pour tout le monde, c’est difficile de faire bien. C’est difficile de rentrer chez soi et être content de sa matinée. C’est difficile de laver, vêtir, lever, écouter plus de 35 personnes en quelques heures. Une toilette dure quelques minutes, une dizaine tout au plus. Comment peut-on laver, vêtir et échanger avec quelqu’un en dix minutes? Dois-je parler de l’aide aux repas ? De ces personnes âgées que l’on fait manger en 5 minutes entrée-plats-desserts parce que nous avons encore 5 ou 6 personnes à faire manger en trente minutes?  Comment peut-on travailler correctement dans ces conditions ? Je vous le demande. 

Aujourd’hui mes collègues sont en arrêt de travail, fatigués physiquement et moralement. Aujourd’hui c’est mêmes collègues ne sont pas remplacés. Alors nous travaillons en sous effectifs, nous sommes rappelés sur nos jours de congés, on enchaine les week-ends de travail, on s’auto-remplace et nous nous épuisons, toutes et tous chacun notre tour. Jusqu’où irons-nous ? 

J’ai envie de rajouter un dernier petits mots, car en plus de subir toute cette maltraitance institutionnelle, nous soignants, subissons également la pression des familles. Car oui, mesdames messieurs c’est INADMISSIBLE que votre papa n’ai eu qu’une douche ce mois-ci. Sachez mesdames messieurs, que nous nous battons nous aussi contre ses conditions de vie pour vos proches. Nous savons le prix que cela vous coûte pour que votre parent soit en sécurité et pris en soin. Et nous sommes d’accord, que même le tiers de cette sommes ne mérite pas les soins donnés. Mais sachez, que le soignant sur laquelle vous venez de déverser votre colère à déjà du mal à se regarder en face, ne reconnait plus son métier, le soignant n’est pas responsable des mesures prises par l’Etat.

N’oubliez pas qu’entre nos mains de soignants fatigués peut se trouver votre maman, votre enfant, votre meilleur ami, vous-même. Cette mobilisation touche tout le monde, car nous avons tous un jour au l’autre besoin d’une blouse blanche. 

#SoigneEtTaisToi

 

charlotte-1

Publicités

2 commentaires

  1. Touchant cet article. Un coup de gueule bien mérité, je suis atterrée de voir qu’on ne prend pas plus soin du personnel soignant dans ce pays, vous êtes la base de la santé, le pilier qui fait qu’aujourd’hui on peut compter sur quelqu’un pour nous aider dans les moments difficiles. Merci à vous 🙂 Et je soutiens à fond !
    @Camr3m

    • Merci beaucoup Camille!! C’est vrai, qu’on ne nous ménage pas trop « il faut faire des économies » continuer à faire ce que l’on faisait à 4 en étant 3….
      j’espère que les choses évolueront, pour les patients, pour leur familles, pour les soignants et les futurs patients.

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s